• CONSEILS & INFOS

  • CONSEILS AUX VOYAGEURS

Dangers en Thaïlande : 10 choses à faire et à ne pas faire

La Thaïlande n’est pas considérée comme un pays à haut risque pour les touristes. Mais comme chacun sait, le risque zéro n’existe nulle part et chaque destination présente sa part de désagréments et de dangers. Le Royaume de Siam n’échappe pas à la règle et vous pourriez vous retrouver confronté à des problèmes de santé, de sécurité ou même des déboires avec la justice locale ! Afin qu’au Pays du sourire, vous ne perdiez pas le vôtre, suivez notre "to do list" de choses à faire et à ne pas faire. Avant et pendant votre séjour.
 

Des conseils précieux et utiles qui répondent à la question légitime que tout voyageur avisé se pose : est-ce dangereux d’aller en Thaïlande ?

 

1. Vérifiez les vaccins indispensables contre certaines maladies qui sévissent en Thaïlande

Les risques sanitaires en Thaïlande imposent de prendre certaines précautions pour ne pas tomber malade pendant votre séjour.
Soyez à jour dans vos vaccinations Diphtérie Tétanos Poliomyélite (DTP) et Rougeole Oreillons et Rubéole (ROR).
Selon la nature de votre périple (régions visitées, en mode "routard", en dehors des sentiers battus, en zones rurales…), il est conseillé de vous faire vacciner contre certaines pathologies qui circulent au Royaume de Siam :

  • Hépatites A et B
  • Fièvre typhoïde
  • L’encéphalite japonaise
  • La rage
  • Le coronavirus (COVID-19) : la Thaïlande n’a pas été épargnée par la pandémie (même si le nombre de cas rapportés reste bien inférieur à celui constaté en France).
    Renseignements sur le vaccin contre la COVID-19 : consultez le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Pour en savoir plus sur les vaccinations et les précautions sanitaires pour un voyage en Thaïlande : consultez notre dossier complet sur les vaccins obligatoires en Thaïlande

Votre assurance voyage Thaïlande

Démarrez dès maintenant votre devis et obtenez votre police d'assurance voyage pour la Thaïlande en 2 minutes. Les assurances voyage AXA sont acceptées pour la demande de visa.

ASSURANCE THAÏLANDE

2. Soyez en règle avec les formalités pour entrer sur le territoire thaïlandais… et en sortir !

Les voyageurs français sont exemptés de visa pour un séjour d’une durée inférieure à 45 jours. À condition d’être en possession d’un passeport (valable au moins 6 mois à partir de la date d’entrée sur le territoire thaïlandais) et d’un billet d’avion dont la date de retour se situe dans les 45 jours après l’arrivée.
Pour rester plus longtemps au Pays du Sourire, il faudra faire une demande de visa touristique ou de long séjour.
Ne tentez surtout pas de prolonger votre séjour au-delà de la date tamponnée sur votre passeport. En cas de non-respect des formalités d’entrée et de tout séjour irrégulier, vous risquez d’écoper d’une lourde amende, d’une peine de prison, d’une mesure d’expulsion et/ou d’une interdiction de séjour en Thaïlande pouvant aller jusqu’à 5 ans !

Pour en savoir plus : consultez notre page dédiée aux visas pour la Thaïlande.

IMPORTANT ! En raison de la crise sanitaire liée au Covid, les autorités locales ont mis en place des mesures particulières d’entrée (quarantaine, certificat médical non-Covid, résultat de test COVID négatif par méthode RT-PCR..) sur le territoire pour tout voyageur étranger souhaitant venir en Thaïlande pendant l’épidémie.

Consultez notre page sur les conseils pour aller en Thaïlande en toute sécurité.

Pour en savoir plus sur les conditions sanitaires, qui varient en fonction de l’évolution de la situation  : consultez le site de l’Ambassade de Thaïlande en France.

 

 3. Ne voyagez ni dans certaines régions ni à certaines périodes de l’année

  • Risques d’attentat : en raison des conflits séparatistes sévissant au sud de la Thaïlande, le site France Diplomatie déconseille aux voyageurs de se rendre dans les provinces de Pattani, Narathiwat, Yala et Songkhla.
    Il n’est pas recommandé non plus de vous rendre dans la zone frontalière avec la Birmanie au nord-ouest. Tenez-vous à distance des manifestations ou de tout autre rassemblement contestataire, comme ceux qu’a connus Bangkok à l’automne 2020, qui peuvent être violents.
  • Risques d’intempéries : évitez de réserver votre séjour pendant la saison des pluies (d’avril à novembre dans l’ensemble du pays et de novembre à mars dans la région de Koh Samui et côte est de la Thaïlande). L’intensité des précipitations entraîne des inondations et rend certains axes routiers inaccessibles et dangereux.

Nos conseils de globe-trotter :

  • inscrivez-vous gratuitement sur Ariane , ce service du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vous alerte par SMS ou par mail du moindre changement de situation (intempéries graves, crises politique et sanitaire…).
  • pensez à consulter régulièrement le site de l’office de tourisme de Thaïlande en France
     

4. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques

Le chikungunya, la dengue, le Zika et malaria (paludisme), des maladies transmissibles par les piqûres de moustique, circulent en Thaïlande.
Aucun vaccin n’existe contre ces infections.
Pour vous protéger, adoptez les bons réflexes : portez des vêtements amples, légers, couvrants, de couleur claire et imprégnés de produit répulsif spécial textile, utilisez des produits répulsifs cutanés conseillés par votre médecin ou pharmacien et adaptés à cette zone du globe, pensez aux moustiquaires et aux diffuseurs anti-insectes et détruisez ou évitez tout endroit ou objet contenant de de l’eau stagnante.
N’hésitez pas non plus à activer la climatisation ou un ventilateur : ils ont horreur de cela !

  • Concernant le virus Zika : Le Ministère des Solidarités et de la Santé recommande aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur projet de voyage dans les zones infestées.
  • Concernant la malaria (paludisme) : si vous voyagez dans les régions où le risque est présent (bordures Nord-Est, Ouest et Sud-Est de la Thaïlande), demandez conseil auprès de votre médecin traitant pour qu’il vous prescrive éventuellement un traitement préventif antipaludique adapté.
     

5. Évitez les autres risques de morsures et des piqûres d’espèces dangereuses

Si les bêtes et les insectes sont généralement nos amis, certains d’entre eux font partie des raisons pour lesquelles la Thaïlande peut être considérée comme une destination dangereuse.

  • Ne devenez pas enragé ! N’approchez pas les animaux que vous croiserez lors de votre séjour et résistez à la tentation de les caresser. Suite à une morsure d’un petit singe peu farouche ou à une léchouille d’un chien errant (très nombreux), vous pourriez être infecté par la rage, endémique dans toute l’Asie du Sud-Est.
    Attention : aussi amusants soient-ils, les macaques que vous rencontrerez en Thaïlande, notamment à Lopburi où ils règnent en maîtres, n’ont aucun complexe et sont imprévisibles. Ils peuvent tenter de chaparder ce qui se trouve dans votre sac, voire se montrer agressifs si vous êtes en train de manger quelque chose devant eux. Restez sur vos gardes, ne les tentez pas avec de la nourriture, zippez bien vos sacs et retirez vos lunettes, boucles d’oreille et autres colliers qu’ils n’hésiteront pas à tenter de s’approprier… parfois violemment !  
  • Éloignez les reptiles : si la plupart des serpents présents en Thaïlande (plus de 200 espèces) sont inoffensifs, certains sont venimeux et leur morsure peut être mortelle, si le traitement est administré trop tardivement. Évitez de vous promener dans les hautes herbes et si vous partez en randonnée, faites en sorte de porter un pantalon rentré dans des bottes. Déplacez-vous avec un bâton pour avertir de votre présence les serpents en tapant le sol devant vous. Cela devrait suffire à les éloigner. Ne laissez jamais sans surveillance les enfants en âge de marcher.
    N’oubliez pas d’inspecter systématiquement vos chaussures et vos vêtements avant de les enfiler : un intrus pourrait s’y trouver !
    En cas de morsure, contactez immédiatement le 1669, le numéro d’urgences médicales.
     
  • Ne lui jetez pas la pierre ! Épargnez-vous un tête à tête avec le poisson-pierre (pla hin, en thaï) que l’on croise dans les eaux chaudes et peu profondes de pays. Réputé pour être le poisson le plus venimeux au monde, il a l’art de se camoufler dans son environnement… sur le sable et dans la mer ! Pour éviter d’être brûlé par sa piqûre, ne le touchez pas et portez des gants épais de plongée et des chaussures à semelle résistantes. En cas de piqûre, ne faites surtout pas de garrot et contactez immédiatement le service des urgences ou rendez-vous dans l’hôpital le plus proche.
  • vaccins pour la thailande

6. Ne mangez pas n’importe quoi et n’importe où !

Réputée pour sa gastronomie, ce pays est un véritable paradis pour les foodies. Mais attention, le risque d’intoxication alimentaire peut s’inscrire au menu de vos vacances si vous ne respectez pas certaines précautions.
Alors, comment se nourrir en Thaïlande sans tomber malade ?

  • Suivez la règle du « boil it, cook it, peel it or forget it ». En cas de doute sur un aliment, vérifiez s’il peut être bouilli, cuit ou pelé… Ce n’est pas possible ? Zappez-le !
  • Lavez-vous soigneusement les mains avant chaque repas. Surtout si le plat servi, notamment la street food, se mange avec les doigts !
  • Évitez les bars à salade ou les buffets. Vous ne savez pas depuis combien de temps chaque plat patiente sous la chaleur…
  • Privilégiez les restaurants et les étals de street food devant lesquels les gens font la queue. C’est généralement un signe de bonne réputation
  • Ne buvez jamais l’eau du robinet ni celle servie en carafe et dites "non" aux glaçons et autres glaces artisanales
  • Faites une croix sur la viande saignante, les poissons crus, les coquillages, les produits laitiers et refusez toute volaille servie rosée… Des aliments à éviter absolument !

Notre conseil de globe-trotter : dans votre trousse à pharmacie, pensez à prendre des médicaments antidiarrhéiques et antiseptiques intestinaux, prescrits par votre médecin traitant.

 

7. Redoublez de prudence sur les routes

Les routes thaïlandaises font partie des plus dangereuses au monde et sont les plus mortelles de l’Asie du Sud-Est. Plus de 22.000 personnes périssent annuellement dans un accident de la circulation et 70% des décès concernent des conducteurs et/ou des passagers en deux-roues (chiffres de l’OMS, 2018). Sur son site, le ministère des Affaires étrangères déplore le décès, chaque année, de plusieurs dizaines de ressortissants français sur les axes de circulation du pays.
En cause ? Le non-respect des limitations de vitesse, des ceintures de sécurité non attachées et seule la moitié des conducteurs de motos portent un casque et seulement 19% des passagers en arborent un.
Ne copiez surtout pas les locaux ! Même s’il fait très chaud, même si le trajet est court et même si les loueurs de scooters, mobylettes ou motos facturent un supplément, portez un casque qui vous protègera en cas d’accident en deux-roues en Thaïlande.
Refusez tout casque avec des fissures apparentes et dont la date de péremption (indiquée à l’intérieur) est dépassée.
 

8. Ne vous laissez pas arnaquer !

  1. Au voleur ! La Thaïlande n’échappe pas aux actes de délinquance et les vols sur la plage, à l’arrachée ou lors d’un retrait dans un DAB ne sont malheureusement pas rares. Notamment dans les villes touristiques, telles que Bangkok ou Chiang Mai ou dans les stations balnéaires. Gardez évidemment toujours un œil sur vos affaires et soyez vigilant lorsque vous retirez de l’argent (comme en France !), portez votre sac en bandoulière et/ou évitez de le tenir côté route car les vols en moto sont très fréquents.
     
  2. N’accordez pas facilement votre confiance : le site France Diplomatie rapporte une recrudescence de cas de touristes français dupés par … d’autres touristes français ! La stratégie de ces derniers ? Faire croire qu’on leur a volé leur argent pour soutirer des bahts à leurs compatriotes.
     
  3. Arnaques dans les transports
    • Long tail boat : en plus de souffrir éventuellement du mal de mer, en empruntant ce bateau motorisé traditionnel, vous risquez de payer au prix fort votre balade sur les klongs.
      Certains bateliers osent réclamer, à l’issue de la promenade, un supplément sorti de nulle part pour une escale (pourtant incluse) quand d’autres écourtent de 20 à 30 minutes le temps prévu de la croisière. Gardez votre calme et allez-vous plaindre auprès du guichet où vous avez acheté les tickets.
    • Tuk Tuk et taxi : méfiez-vous des chauffeurs des premiers qui vous garantissent que le temple que vous souhaitiez visiter est fermé ou que l’hôtel où vous avez réservé a mauvaise réputation…pour vous conduire vers un autre bien plus éloigné !
      Fuyez les conducteurs des seconds qui refusent d’enclencher leur compteur ou qui prétendent qu’il est cassé. Une arnaque bien connue pour augmenter le prix de la course à l’arrivée.
       
  4. Anticipez l’arnaque des loueurs de véhicules
    Avant de partir avec une voiture ou un deux-roues de location, filmez-le sous toutes ses coutures. Cela vous servira de preuve au cas où le loueur voudrait vous facturer une supposée éraflure que vous auriez causée alors qu’elle était déjà présente.
    Ne leur laissez jamais votre passeport en guise de caution. C’est une stratégie d’arnaqueur pour le garder en otage tant que vous n’aurez pas réglé les frais d’un faux dommage. Confiez-leur une photocopie.
     

Numéros utiles si vous avez été victime d’un acte de malveillance :

  • Police : 191
  • Police touristique : 1155

9. Ne critiquez pas le roi !

Inscrit dans le code pénal, le crime de lèse-majesté peut entraîner une forte amende ou une peine d’emprisonnement pour toute personne (touristes compris) ayant manqué de respect au roi et à la famille royale thaïlandaise. Même pour plaisanter ou pour le plaisir de débattre, ne vous aventurez surtout pas à critiquer un membre de la cour, à dessiner des moustaches sur la tête du roi imprimée sur les billets de banque ou sur une affiche et ne pouffez pas de rire mais levez-vous dès que l’hymne national est joué ou projeté en vidéo dans les lieux culturels.
Il serait dommage de terminer votre séjour au Pays du Sourire dans une cellule…
 

10. Choisissez une bonne assurance voyage Thailande

Obligatoire pour entrer sur le territoire thaïlandais depuis la crise sanitaire mondiale l’assurance voyage médicale internationale doit être rédigée en anglais et garantir une couverture minimale de 100.000 US dollars (environ 81.582 euros) pour les frais médicaux, y compris le traitement COVID-19 et être valable au moins 3 mois dès l’arrivée sur le territoire.
En l’absence d’une attestation de votre police d’assurance, le système de santé thaïlandais peut vous refuser l’accès aux soins (même en cas d’urgence vitale). Sans cette assurance santé pour la Thaïlande, vous devrez régler vous-même et sur place une facture très salée. Ces frais de santé ne peuvent en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ni les consulats généraux de France locaux.
 

Ces articles peuvent vous intéresser

  • Conseils pour partir en Thaïlande en toute sécurité

    Si le Pays du Sourire n’est pas une destination réputée dangereuse, il faut respecter nos conseils pour voyager en sécurité en Thaïlande

    Conseils pour la Thaïlande